Cap destin

Changer de voie professionnelle : Osez l’autobiographie

Lorsque j’accompagne une personne qui veut changer de voie ou trouver sa voie, je propose l’exercice de l’autobiographie. Et j’ai immanquablement des yeux ronds, des soupirs désespérés et des moues dubitatives. Et pourtant ! cet exercice est juste formidable et devrait être utilisé davantage, même en dehors d’un coaching en orientation professionnelle.

Notre culture, qui nous a enseigné la pudeur et l’humilité, nous empêche d’aller vers ce genre d’exercice facilement jugé d’égocentrique. Mais parler de soi, de ses valeurs, décrire ses qualités, évoquer ce qui est important pour soi est au contraire la meilleure façon de s’ouvrir vers l’extérieur, de donner une sorte de mode d’emploi pour mieux communiquer avec les autres.

Peut-être est-ce le terme d’autobiographie qui fait peur ou est difficile à comprendre. Les jeunes, principalement ont du mal avec cet exercice et se contente de me dire leur nom, leur âge, leur lieu de naissance et de vie, le nombre de frères et sœurs et c’est à peu près tout ce qu’ils arrivent à exprimer. Comme s’ils se résumaient à une sorte d’extrait de naissance.

Pourtant lorsque j’arrive à cet exercice, c’est généralement après de longues séances d’introspection, pendant lesquelles nous avons mis en évidence tout ce qui définit la personne et tout ce qui est important pour elle. Il y a donc de la matière pour le contenu.

Peut-être est-ce aussi l’écriture qui est un frein. Tout le monde n’a pas des facilités pour écrire. J’ai pensé à un moment le faire moi-même pour la ou le coaché. Mais j’ai réalisé que ce n’était pas lui rendre service. Cela ne mobilise pas de la même manière. Le faire soi-même permet de réaliser une synthèse, de dire ce que l’on a envie d’exprimer d’essentiel, de prendre du temps avec soi.

Plusieurs techniques sont possibles. Il faut juste trouver celle qui vous parle le plus en fonction de votre situation ou de votre sensibilité. Mais se projeter dans un scénario, quel qu’il soit, permet de ressentir les mots que l’on écrit.

  • Vous pouvez imaginer l’épitaphe que vous souhaitez voir inscrite sur votre tombe ou imaginer ce que vous souhaiteriez que les gens disent sur votre lit de mort ou lors de vos obsèques. Bon je vous l’accorde, ce n’est pas très réjouissant comme image mais c’est efficace !
  • Vous pouvez aussi vous projeter dans un entretien d’embauche ou encore dans une rencontre amoureuse pour laquelle vous avez envie d’exprimer à votre moitié tout ce que vous souhaitez qu’il ou elle sache de vous.
  • Soyez encore plus fou ! vous rêvez de faire partie d’un équipage qui va partir dans l’espace, et vous devez convaincre sur le bien-fondé de votre intégration dans l’équipe.

Une bonne autobiographie nécessite une introspection mais elle doit aussi être écrite avec le cœur. Il peut s’agir d’un autoportrait, du déroulé de votre vie de manière chronologique, de mémoires. La forme peut être un poème, un récit. Elle peut être écrite à la 1ère ou 3ème personne. A vous de décider du style.

A vos plumes ! Et ne soyez pas modeste !  Vous êtes bourrés de qualités et de talents ! Prenez-en juste conscience.

« Tout le monde est un génie ! Mais si vous jugez un poisson sur ses capacités à grimper à un arbre, il croira toute sa vie qu’il est stupide » Albert Einstein

You cannot copy content of this page

Défilement vers le haut