Cap Destin

Comment choisir son organisme de bilan de compétences ?

Comment choisir son organisme de bilan de compétences ?

Peut-on faire confiance à un organisme de bilan de compétences certifié QUALIOPI ?

Vous avez certainement vu fleurir le logo QUALIOPI un peu partout pour les organismes de bilan de compétences. Il est le plus souvent suivi de la mention : « éligible CPF ».

Vous l’aurez donc compris, la certification QUALIOPI donne lieu à un financement grâce à votre compte formation. Ce qui est une bonne chose pour vos finances, mais est-ce pour autant un gage de qualité quant à la prestation ?

Lorsque j’ai passé la certification QUALIOPI et que j’en parlais à mes proches, quasiment tous sans exception supposaient qu’il s’agissait d’une certification qui me permettait de réaliser des bilans de compétences. Or il n’en est rien ! Une personne qui a les qualifications requises peut dispenser des bilans de compétences sans pour autant être certifiée QUALIOPI. Vous le saviez déjà ? Et bien je vous assure que ce n’était pas le cas de mon entourage.

Les avantages de la certification QUALIOPI

Outre l’avantage du financement, la certification QUALIOPI a le mérite de valider les processus d’informations, de gestion administrative, de vérifier que l’accompagnement a été réfléchi et construit, de valider aussi les compétences des intervenants et la manière dont ils continuent de se former.

Elle m’a réellement permis de structurer mon accompagnement en me posant les bonnes questions sur le processus de A à Z, en m’appuyant sur les bons textes de lois pour rédiger les documents administratifs obligatoires. Elle est donc un gage que j’appellerais de « minimum syndical ». Mais de là à dire, qu’elle permet de certifier que le bilan de compétences et la personne qui le dispense sont de qualité, je dirais que ce n’est pas forcément le cas. Ne confondons pas qualité des process et qualité de l’accompagnement qui est et restera de l’ordre de l’humain. Même s’il est vrai qu’il est préférable qu’il soit structuré et cadré.

Comment choisir parmi la longue liste des organismes certifiés ?

Alors pour choisir au mieux votre organisme, faites confiance à votre intuition !

Le bouche à oreille c’est bien, mais restez souverain de votre choix. Un organisme qui a convenu à l’un de vos collègues ou ami peut ne pas vous convenir.

Soyez déjà au clair avec vos objectifs, cela vous permettra de passer la liste au travers d’un premier filtre. Ensuite, lisez bien les descriptifs du contenu, du déroulé, des moyens pédagogiques et écoutez votre instinct sur ce qui vous convient le mieux. Enfin et surtout, échangez avec la personne susceptible de vous accompagner et bien sûr écoutez votre feeling. Vous allez passer du temps avec elle sur plusieurs mois. Vous allez lui déposer de nombreuses informations parfois intimes. Alors surtout choisissez l’accompagnant qui saura vous mettre en confiance et qui surtout vous donne envie !

Pour en savoir plus sur la certification Qualiopi

https://www.maformation.fr/actualites/certification-qualiopi-62332

Mission de vie : mythe ou outil d’orientation professionnelle ?

La mission de vie : Est-ce un concept « spirituel » ou un outil précieux si vous êtes en quête d’une nouvelle orientation professionnelle ?

Cette notion de « mission de vie » m’a à la fois passionnée et énormément plombée à certains moments de ma vie, plus précisément dans les moments de doute quant à mon orientation professionnelle.

J’étais passionnée par cette idée de but, d’utilité, de sens. Je m’imaginais en mère Teresa. J’avais une haute opinion de ma mission de vie. Mais le temps passant, cette vision de ma mission de vie m’a plombée parce que je voyais bien que j’en étais loin. Je me suis enlisée dans une vie matérielle dans laquelle je ne voyais plus le sens de ce que je faisais. Et j’ai beaucoup culpabilisé en me disant que je passais à côté du but de ma vie.

Comme si ma vie avait besoin d’un but ! Comme si j’avais besoin de justifier mon existence par mon utilité !

Jusqu’au jour où je me suis recentrée et je me suis dit qu’il était temps d’arrêter de rêver à de grands desseins et surtout arrêter de devoir absolument me trouver une mission ! J’ai réalisé que tout ce que je faisais au quotidien avait tout autant de sens et d’utilité que mes grands rêves pour sauver l’humanité et la planète. J’ai compris que la mission de vie pouvait se traduire par des choses aussi simples et petites soient-elles : prendre soin de ses parents, adopter des animaux, écouter ses amis, aider les autres à trouver leur voie.

La notion de mission de vie est l’illustration de l’histoire du colibri : une petite contribution à une plus grand cause. Commençons par nous et par rayonner autour de nous pour apporter notre contribution à quelque chose de plus large.

  • En prenant soin de mes parents ou de mes vieux voisins, je contribue à prendre soin des personnes âgées et faire avancer la cause de la vieillesse
  • En adoptant des animaux et en m’impliquant dans des associations, je m’investis dans la cause animale
  • En écoutant mes amis, en étant présente pour mon voisinage ou en m’impliquant dans ma commune, je prends part à la cause de l’entraide
  • En aidant les autres à trouver leur voie, je contribue à un monde apaisé où chacun est épanoui et peut faire rayonner son bonheur.

Donc non ! la mission de vie n’est pas un mythe ! Mais je n’aime pas trop ce terme même si je l’utilise dans mes accompagnements. Je trouve que ce mot met une pression là où il ne devrait pas y en avoir. En fait, trouver sa mission, c’est juste prendre conscience de ce que l’on aime faire, de ce que l’on fait facilement et avec plaisir. Et si on a besoin de se sentir utile, assumons-le. C’est ce que l’on aime faire alors respectons-le.

Votre mission est là, juste devant vous ! Vous ne l’avez juste pas identifiée ou valorisée. Voyons petit pour voir grand !

Mais pour trouver du sens au quotidien, comprendre notre mission de vie, nous avons besoin de nous sentir aligné, en accord avec nos valeurs et notre nature profonde. Nous avons besoin de conscientiser ce qui nous touche et la manière dont nous avons envie de contribuer au monde.

Prenez juste conscience de ce que vous faîtes déjà naturellement et de ce qui vous anime et vous trouverez facilement votre mission de vie. Et nourrissez la dans votre travail, dans votre vie personnelle. Il y a plusieurs manières de l’honorer.

Ce simple exercice peut vous donner une direction précieuse quant à votre orientation professionnelle. C’est une façon de revenir à votre « être » et au-delà du métier, de vous demander quelle contribution vous souhaitez apporter au monde.

« Ne juge pas chaque jour aux récoltes que tu fais mais aux graines que tu sèmes » Robert Louis Stevenson

Pour compléter votre lecture, rendez-vous sur le site psychologie :

https://www.psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Personnalite/Articles-et-Dossiers/Decouvrir-notre-mission-de-vie-ce-pour-quoi-nous-sommes-faits

Changer de travail : Connectez-vous aux causes qui vous touchent

Chercher la ou les causes dans le monde qui vous touchent peut paraître très éloigné de votre envie de changer de travail. Et pourtant …

Il faut d’abord bien poser le cadre. Quand je dis « cause dans le monde », je suis sûre que vous avez immédiatement pensé à la paix ? Bien sûr que c’est une cause importante et d’autant plus en ce moment !

Mais peut-être que justement pour avoir la paix dans le monde, faut-il défendre des causes qui aideront le monde à aller dans ce sens ? Comme la communauté, le vivre ensemble, l’éducation, l’entraide, la solidarité, l’égalité, la justice, la démocratie, la jeunesse, la vieillesse.

Pour trouver la cause qui vous porte, c’est simple : pensez à ce qui vous met en colère ou ce qui vous anime. Y a-t-il un sujet pour lequel vous seriez prêt à consacrer votre vie ? Quelles causes seraient susceptibles de vous faire agir, sortir dans la rue manifester ? Quelles sont les sujets qui vous tiennent à cœur ?

Quand vous avez identifié la ou les causes, je vous conseille de vous détendre et de fermer les yeux et d’imaginer le monde tel que vous le souhaiteriez sous le prisme des causes que vous avez identifiées.

Je vais vous décrire le monde tel que je l’ai imaginé il y a plusieurs années et qui est toujours d’actualité. J’ai visualisé un monde quasiment identique au monde du film de Coline Serreau, « la belle verte ». C’est un film que je viens de voir alors que ma vision date d’il y a 10 ans !

C’est un monde où les gens vivent en communauté mais tout en respectant les individualités. Une communauté qui vit au plus près de la nature dans le respect absolu de la faune et la flore. Un monde où les jeunes sont très vite sensibilisés au bien vivre ensemble, à la bienveillance. Un monde dans lequel le système éducatif n’est pas focalisé sur la connaissance mais aussi sur le jeune en tant qu’« être » en lui permettant de développer ses talents et de trouver sa place. Les jeunes et les vieux vivent ensemble et prennent soin les uns des autres.  Un cadre existe mais les règles laissent beaucoup de liberté aux gens en les responsabilisant. Le respect et la créativité sont des valeurs très fortes dans cette communauté qui est revenue à une économie de troc.

Vous ne voyez toujours pas le lien avec le métier que j’exerce ? Je pense que si ! Il était évident que je voulais permettre aux jeunes et moins jeunes de révéler leurs talents pour trouver leur place. Mon cadre d’accompagnement répond totalement à l’espace de liberté, de respect et de créativité que j’ai imaginé. Mes nombreux animaux participent parfois au coaching et apportent leur contribution. Parfois la nature s’invite aussi car rien de mieux qu’une balade au bord de l’océan pour débloquer une situation.

Cette vision a été tellement forte et nourrissante qu’il y a 10 ans, changer de travail a été une évidence ainsi que la direction à prendre.

Si vous êtes perdu, cet exercice peut vous donner la direction à prendre. En tout cas, dans mon processus de bilan de compétences, cet exercice débloque souvent des situations et permet de clarifier ce qui porte vraiment la personne. SI vous avez envie de changer de travail, Il ne faut pas faire l’erreur de se précipiter sur une liste de métiers. Il est nécessaire de toujours se connecter à quelque chose de plus grand que soi.

« Pas une carte au monde n’est digne d’un regard si le pays de l’utopie n’y figure pas » Oscar Wilde

Si vous êtes en manque d’inspiration, vous pouvez consulter ce lien :

https://pourunecause.fr/causes

Reconversion professionnelle: par quoi commencer ?

Avant d’envisager une reconversion professionnelle, à moins que vous ayez une idée très précise ou une opportunité, prenez un temps d’introspection.

L’envie de se lancer tête baissée dans un nouveau projet peut vous faire zapper une étape très importante : l’analyse de l’existant.

Un nouveau projet professionnel est un voyage. Et comme tout voyage, il y a un point de départ et un point d’arrivée. Il est primordial de prendre le temps d’explorer le point de départ. Cela va aussi vous permettre de valider votre envie de changement.

Parfois c’est une démarche qui n’est pas agréable parce que vous n’êtes justement pas confortable dans votre situation actuelle. Vous pouvez même vivre des choses difficiles dans lesquelles vous n’avez aucune envie de plonger. Vous pouvez avoir envie de vous projeter le plus vite possible dans un avenir plus radieux et oublier ce que vous vivez.

Ce serait une erreur. Un enseignement très riche est à extraire de ce que vous vivez.

Avant d’envisager un éventuel changement interrogez-vous sur « l’écologie » de ce changement.

Tout changement est une sortie de sa zone de confort. Avez-vous suffisamment d’énergie pour le gérer et le mener à bien ?

Un changement peut aussi avoir des impacts sur votre entourage. Par exemple, une baisse de salaire, des déplacements plus fréquents… Est-ce que votre entourage vous soutiendra malgré des modifications de leur quotidien ?

Ensuite, les questions à vous poser sont très simples :

Qu’est-ce qui ne vous convient pas dans votre activité professionnelle actuelle ?

  • Dans les tâches que vous faîtes ?
  • Dans votre environnement de travail ?
  • Dans vos relations professionnelles ?
  • Dans les valeurs de votre entreprise ?

Soyez le plus précis possible dans votre analyse.

Ensuite, vous pouvez vous demander ce qui vous manque dans votre travail actuel. Que voulez-vous améliorer ? Le salaire, les conditions de travail, avoir plus de liberté, plus de reconnaissance, plus de temps ?

Qu’est-ce que cela vous apportera si vous réussissez à changer certaines choses ? Essayez de vous projeter et de ressentir l’effet du changement. Vous n’êtes pas obligé à ce stade d’avoir une idée précise du futur métier ou activité. Vous pouvez juste vous focaliser sur des éléments d’ordre général.

  • Je souffre de travailler dans un Open Space. Comment est-ce que je me sentirais si j’avais un bureau à moi, ou si je pouvais travailler de chez moi ?
  • Je souffre de faire 2 heures de transport par jour pour me rendre à mon travail ? qu’est-ce que je ferais si j’avais 2 heures de plus pour moi par jour ?
  • J’ai du mal à travailler seul. Qu’est-ce que cela m’apporterait de travailler en équipe ?

N’oubliez pas la fameuse phrase d’Albert Einstein : « La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent ! »

Pour ne pas reproduire les mêmes effets, il faut donc changer et pour changer il faut savoir d’où on part.

Un article intéressant à lire sur le sujet :

https://www.bfmtv.com/economie/emploi/vie-de-bureau/par-ou-commencer-quand-on-veut-changer-de-metier_AN-201602020162.html